L’histoire de l’ACCF

Le 24 juillet 1979, l’AMERICAN CAR CLUB DE FRANCE est déclarée à la sous-préfecture de Roanne (42) comme Association Loi 1901.
L’objet de l’AMERICAN CAR CLUB DE FRANCE est d’aider, de conseiller les possesseurs, les non-possesseurs de véhicules de marque américaines sans distinction d’année, de genre, de pays d’origine, véhicules dont la construction ou la conception est originaire des Etats-Unis d’Amérique, et d’inciter ceux-ci à assurer leur bonne conservation. L’association a également pour objet d’assurer sa promotion à travers des manifestations qu’elle organise ou auxquelles elle participe, de mettre en œuvre des actions caritatives, d’organiser des rencontres entre collectionneurs, des sorties de club, des randonnées découverte, des roulages et promenades. Elle peut également organiser des repas ou festivités.
Dans les années 80, l’ACCF s’installe dans un bureau situé à Ecquevilly (78), commune où le siège social de l’ACCF est encore aujourd’hui installé.
Très rapidement, l’ACCF décide de publier une revue afin de créer un lien entre les adhérents. Naturellement, elle prendra le nom de The Bond (« le lien »). En ce temps là, internet n’était pas encore dans le quotidien des usages. La revue changera de nom pour devenir « Americaines Classiques » puis « US Cars Spirit » depuis le numéro 150.
Vu sa croissance importante, dès 1992, l’ACCF ouvre un showroom dont la surface au sol permet l’exposition permanente d’une quinzaine de voitures. L’ouverture au public tous les samedis après-midi est un franc succès et le nombre de visiteurs ne cessera jamais d’augmenter. Le showroom a permis aussi à de nombreux adhérents d’y exposer, en toute sécurité, leur américaine en vue d’une vente. Malheureusement, avec la baisse sensible des adhésions à partir des années 2009/2010, en 2013, l’ACCF prend la décision de libérer cet espace au profit d’un autre local plus petit et donc moins onéreux dans le même bâtiment. Ce local sert aujourd’hui de bureau et encore de point de rendez-vous les samedis après-midi.
Avec le développement d’internet, l’ACCF s’est doté dès le début des années 2000 d’un site « vitrine » puis d’un forum de discussion ouvert à tous. Une page Facebook est aussi accessible afin de dynamiser notre communication.